Informations sur les placements

Newsletter du 1er avril 2021

Compte rendu bimensuel détaillé de nos experts sur les derniers développements des marchés financiers et prévisions pour les prochaines semaines.

Actualités des bourses et des marchés

L’inflation poursuit sa hausse en zone euro: Le niveau général des prix a augmenté au mois de mars dans la zone euro. Concrètement, selon les premières estimations de l’Office statistique Eurostat, les prix à la consommation ont renchéri de 1,3% sur les douze derniers mois. Durant les deux mois précédents, le taux d’inflation était respectivement ressorti à 0,9% (cf. graphique). La poussée actuelle des prix est notamment imputable à la hausse des prix énergétiques, qui sont en moyenne supérieurs de 4,3 % à leur niveau du même mois de l’année précédente. Auparavant, les prix de l’énergie avaient baissé, et parfois très fortement, pendant de nombreux mois. D’autres composantes telles que les denrées alimentaires, les produits manufacturés ou les services ont nettement moins renchéri que l’énergie. La Banque centrale euro-péenne (BCE) table pour l’année en cours sur un renchérissement de 1,5%. Après quoi, la situation devrait s’apaiser dans la mesure où l’inflation générale reste modérée. Il semble donc que l’objectif d’inflation d’à peine de 2% de la BCE ne soit toujours pas en vue. La crainte d’un emballement de l’inflation, telle qu’elle est régulièrement brandie dans différents articles de presse, apparaît donc injustifiée. Sortir de cette récession économique historique prendra encore du temps, ce qui à moyen terme maintiendra l’inflation à un niveau modeste. En l’état actuel des choses, un autre scénario que celui d’une inflation modérée ne semble donc pas très réaliste.

L’inflation progresse en zone euro
Le taux d’inflation de la zone euro a augmenté à 1,3 % au mois de mars.
L’inflation progresse en zone euro

Source: Eurostat

Les perspectives économiques pour la Suisse sont en nette amélioration: Malgré les restrictions liées à la pandémie, l’horizon s’est encore éclairci pour l’économie suisse. Le baromètre conjoncturel du Centre de recherches conjoncturelles de l’EPF de Zurich (KOF) a bondi en mars de 15,2 points pour s’établir à 117,8 points, atteignant son plus haut niveau depuis l’été 2010. Il a ainsi dépassé même les pronostics des analystes les plus audacieux. Selon le KOF, cette hausse dynamique tient en particulier à l’évolution de l’industrie suisse. Mais il précise que le reste des groupes d’indicateurs, tant pour la demande intérieure que pour la demande étrangère, étaient orientés sans exception à la hausse.

Le climat des affaires en Allemagne n’a jamais été aussi bon depuis près de deux ans: En mars, les perspectives pour l’économie allemande se sont fortement améliorées, créant la surprise. Malgré la troisième vague de Covid-19, l’indice du climat des affaires publié par l’institut ifo a grimpé de 3,9 points pour s’établir à 96,6 points, soit son plus haut niveau depuis juin 2019. Dans l’industrie manufacturière, le climat des affaires poursuit son essor. Les chefs d’entreprise se montrent nettement plus satisfaits de la marche actuelle de leurs affaires, écrit l’ifo. Il faut remonter à novembre 2010 pour les voir émettre des pronostics aussi optimistes qu’aujourd’hui. "Dans tous les secteurs de l’industrie, les signes pointent vers la croissance", déclare Clemens Fuest, président de l’ifo, dans le communiqué. Sur le front des prestataires de services, un retour à un optimisme prudent se manifeste pour la première fois depuis l’automne.

Le moral des consommateurs en France se redresse: En mars, l’humeur des consommateurs français s’est améliorée contre toute attente. L’indice publié par l’Insee, l’institut national de la statistique, a gagné 3 points par rapport au mois précédent pour s’inscrire à 94 points. Auparavant, le moral des consommateurs avait baissé pendant deux mois consécutifs. Malgré sa progression de mars, l’indice reste en dessous de sa moyenne à long terme de 100 points. La tendance des Français à faire de plus gros achats s’est accentuée, lit-on dans le communiqué de l’Insee. Par ailleurs, la propension à épargner des ménages privés a atteint un nouveau record. Ce fait peut être mis tout autant sur le compte de l’incertitude accrue liée à la pandémie sanitaire que des fermetures temporaires de nombreux magasins.

L’industrie nippone essuie un revers: Au Japon, troisième puissance économique après les États-Unis et la Chine, la production industrielle s’est de nouveau tassée en février. La production totale a fléchi de 2,1% par rapport au mois précédent, comme le rapporte le gouvernement sur la base de données provisoires. Le recul est donc un peu plus prononcé que ne l’avaient prédit les analystes. En janvier, la production industrielle avait encore progressé de 4,3% en données révisées. Selon les indications du gouvernement, les sociétés manufacturières s’attendent pour le mois de mars à un nouveau recul de la production de 1,9%, avant que cette dernière ne reparte à la hausse, pour gagner 9,3% au mois d’avril.

Partager cette page