Retraite

Retraite: ce qui inquiète le plus les Suisses

Financièrement, tout semble sous contrôle. Pourtant, un très grand nombre de Suisses prennent peur à l’approche de la retraite.

Corentin Du Marchie
Spécialiste en placements
Publié le
31 janvier 2024

Beaucoup d’actifs sont confiants dans le fait de pouvoir financer leur vie sans problème après la retraite. Pourtant, quand la retraite approche, ils se font de plus en plus de souci. C’est ce que montrent des milliers d’entretiens avec des couples et des personnes qui se font conseiller chez VZ.

Fiche technique

Bien préparer sa retraite: les questions essentielles

Dans cette fiche technique, vous trouverez un récapitulatif des aspects à prendre en compte pour bien planifier votre retraite.

Combien ai-je d’argent et combien de temps durera-t-il? De nombreuses craintes sont injustifiées, dès lors que l’on agit à temps. Car une chose est sûre: ce que l’on pourra se permettre ultérieurement dans la vie se joue de nombreuses années avant la retraite. Voici ce dont les Suisses s’inquiètent le plus:

Les rentes sont trop faibles

Beaucoup redoutent de toucher trop peu d’argent. Effectivement, les rentes de l’AVS et de la caisse de pension ne couvrent souvent plus que la moitié à peine du dernier salaire. Or on a besoin de 70 à 80% pour maintenir son niveau de vie.

Conseil: à 50 ou 55 ans au plus tard, faites le point sur vos dépenses et vos rentrées. C’est le seul moyen de compenser à temps des pertes douloureuses. Établissez un budget et un plan de financement solide montrant combien il vous manque. Si votre lacune de revenu s’élève à 2000 francs par mois, il vous faudra à la retraite, moyennant un rendement de 2%, près de 470’000 francs pour combler cette lacune pendant 25 ans (cf. tableau).

 

Les économies ne suffisent pas

D’autres craignent que leurs économies ne soient trop justes. C’est vrai: très peu parviennent à édifier un patrimoine suffisant pour pouvoir combler leur lacune de revenu rien qu’avec les revenus de celui-ci. Il leur faut donc consommer leur épargne petit à petit. Cette consommation doit être planifiée soigneusement afin de disposer d’assez d’argent jusqu’à la fin de ses jours.

Conseil: constituez un capital de bonne heure, idéalement avec un plan d’épargne en ETF bon marché et le pilier 3a. Divisez votre fortune en une partie pour la consommation, et une partie pour la croissance. Allouez à la première partie la somme dont vous aurez besoin les dix premières années. Cet argent sera investi à court terme dans des placements très sûrs, et consommé progressivement. La partie pour la croissance assurera votre revenu pour les dix années suivantes et sera aussi investie en actions.

Les impôts sont trop élevés

Autre source de grande anxiété: les impôts. Les retraités paient parfois des impôts très élevés sur le revenu. Quand les déductions pour frais professionnels et les cotisations au pilier 3a disparaissent, la facture fiscale s’en ressent. On devrait donc savoir de bonne heure comment réduire durablement ses impôts.

Conseil: vous pouvez diminuer nettement votre impôt sur le revenu en cotisant volontairement à la caisse de pension et en ouvrant plusieurs comptes 3a. À la retraite, retirez de préférence ces fonds sur plusieurs années. Cet échelonnement permet très souvent alléger l’impôt sur le versement de plusieurs milliers de francs. Autant d’argent qui vous restera en plus pour vivre. Important: votre charge fiscale après la retraite dépend pour beaucoup de la manière dont vous touchez votre avoir de la caisse de pension: sous forme de rente, de capital, ou une combinaison des deux?

Je ne peux pas payer ma maison

Beaucoup redoutent de ne plus pouvoir financer leur maison à cause de la hausse des taux d’intérêt et de la baisse continue des rentes. Une hypothèque est jugée supportable quand les taux d’intérêt et frais annexes représentent moins d’un tiers du revenu. Les banques tablent sur un taux d’intérêt nettement plus élevé que celui actuellement appliqué. De nombreux propriétaires songent donc à amortir leur hypothèque.

Conseil: la prudence est de mise si vous souhaitez amortir votre hypothèque avec des avoirs de prévoyance. L’argent sera alors immobilisé dans la maison. Si vous devez effectuer des rénovations ou avez besoin de soins, vous risquez de vous retrouver dans une impasse. Après 65 ans, il devient difficile d’augmenter l’hypothèque et les banques n’accordent plus en général de seconde hypothèque. Constituez donc une réserve suffisante avant d’amortir.

Mon conjoint n’est pas protégé

Vendre la maison pour pouvoir verser aux enfants leur part d’héritage: un scénario que de nombreux couples veulent éviter. Il vaut mieux pour eux que leurs enfants héritent seulement après le décès du deuxième conjoint.

Conseil: prenez des dispositions pour éviter que votre conjoint se retrouve en difficultés financières si vous décédez.

Vous souhaitez bien préparer votre retraite? Commandez la "Check-list pour bien préparer sa retraite" ou convenez d’un rendez-vous avec un(e) expert(e) dans la succursale VZ la plus proche de chez vous.