Investissements

Un premier semestre excellent pour les actions

Les marchés boursiers ont connu une évolution très satisfaisante au cours du premier semestre. Certains ont même atteint de nouveaux sommets. Jetons un coup d’œil en arrière – puis vers l’avenir.

Christoph Sax
Économiste en chef
Publié le
04 juillet 2024

On peut dire aujourd’hui que la plupart des entreprises ont bien absorbé le revirement des taux d’intérêt et envisagent l’avenir avec confiance. Cela se reflète également dans l’évolution des cours des six derniers mois. Depuis le début de l’année, de nombreuses bourses ont réalisé une performance supérieure à ce que l’on pourrait attendre d’une année moyenne. Fin juin, l’indice américain élargi S&P 500 avait progressé de 23% en francs suisses par rapport au début de l’année. En monnaie locale, la hausse s’élève à 14%. Le Swiss Market Index a gagné 11% depuis janvier (voir graphique).

D’autres classes d’actifs se sont également montrées sous leur meilleur jour: l’or a profité des crises géopolitiques ainsi que de la perspective sans cesse repoussée d’une baisse des taux d’intérêt aux États-Unis. Quant au bitcoin, il a surtout été demandé au cours des quatre premiers mois de l’année, lorsque l’appétence au risque était encore plus élevée. L’évolution au mois de juin montre toutefois à quel point la cryptomonnaie reste sujette aux fluctuations. Pour les investisseurs suisses, le gain de 53% réalisé depuis le début de l’année contraste avec une perte de 12% en juin. Parmi les principales classes d’actifs, seules les obligations étrangères se sont retrouvées légèrement dans le rouge.

Fiche technique

Épargner et investir avec des ETF

Lisez quels sont les avantages des ETF par rapport aux fonds d’investissement traditionnels et quels sont les aspects importants lors de la sélection

La question que se posent maintenant les investisseurs et investisseuses est la suivante: à quoi s’attendre pour la suite? D’une manière générale, l’environnement économique ne cesse de s’améliorer. Une reprise se profile notamment en Europe, bien que les taux d’intérêt n’y aient que peu baissé. Le rétablissement est porté par le secteur tertiaire, pour lequel la croissance est revenue presque partout si l’on se réfère aux indices des directeurs d’achat.

Actuellement, le secteur industriel est encore à la traîne. Mais avec la baisse prochaine des taux d’intérêt, la situation devrait s’améliorer progressivement dans l’industrie aussi.

Les perspectives de bénéfices pour l’ensemble de l’année 2024 sont également réjouissantes. Les analystes s’attendent à ce que les entreprises cotées dans l’indice boursier mondial MSCI World puissent augmenter leurs bénéfices de 5%. L’année prochaine, la hausse devrait même atteindre 12%. La demande continue d’évoluer de manière solide. Parallèlement, la vague d’innovation portée par l’intelligence artificielle contribue à développer de nouveaux domaines d’application et à réduire les coûts d’exploitation. Au bout du compte, les entreprises peuvent ainsi augmenter leurs marges et donc leurs bénéfices. Cela a un effet positif sur l’évolution des cours des actions.

Autres nouvelles économiques

L’inflation en zone euro repart à la baisse

En juin, le taux d’inflation dans la zone euro a, comme attendu, légèrement reculé, passant de 2,6 à 2,5%. Cette évolution est une bonne nouvelle pour la Banque centrale européenne qui se rapproche ainsi un peu plus de son objectif de faire baisser l’inflation à 2%.

Embellie dans le secteur tertiaire

En juin, le secteur tertiaire suisse a poursuivi sur sa lancée ascendante. L’indice correspondant des directeurs d’achats (PMI) a atteint 52,0 points, repassant ainsi au-dessus du seuil de croissance de 50 points. Le secteur industriel n’en est pas encore là, puisque l’indice des directeurs d’achats est inférieur au seuil de croissance depuis une année et demie. Actuellement, le PMI manufacturier se situe à 43,9 points.

La Suisse entend renforcer l’accord de libre-échange avec la Chine

Au cours d’une rencontre à Pékin, le conseiller fédéral Guy Parmelin et le ministre du Commerce de Chine, Wang Wentao, se sont mis d’accord pour entamer au plus vite des discussions sur l’extension de l’accord de libre-échange. Après l’Union européenne et les États-Unis, la Chine est le troisième partenaire commercial de la Suisse. En 2023, les entreprises suisses ont exporté des biens et des services à hauteur de 18,4 milliards de francs vers l’Empire du Milieu.

La BNS a un nouveau chef

Martin Schlegel reprendra le poste de président de la direction générale de la Banque nationale suisse (BNS) en octobre. Cette décision a été rendue par le Conseil fédéral la semaine dernière. Petra Tschudin a en outre été nommée comme troisième membre de la direction générale. Le président actuel de la direction générale Thomas Jordan, à la tête de la BNS depuis 2012, quittera ses fonctions fin septembre.