Prévoyance des cadres

Plans 1e: les salariés à hauts revenus utilisent diversement leur liberté de choix

Dans la prévoyance complémentaire, les salariés à hauts revenus peuvent choisir eux-mêmes leur stratégie de placement. Une nouvelle étude de VZ montre comment ils utilisent cette liberté de choix.

Nicolas Wiedmer

Spécialiste clients d'entreprises

Pour les composants de salaire au-delà de 129'060 francs, les entreprises peuvent mettre en place une prévoyance complémentaire. Ce type de solution est connu sous le nom de prévoyance pour cadres ou plan 1e. Contrairement à la prévoyance de base, il laisse aux bénéficiaires le choix de la stratégie de placement. En fonction de leur capacité et de leur disposition à assumer les risques, les bénéficiaires optent soit pour une stratégie conservatrice garante d’une sécurité maximale, soit pour une stratégie privilégiant les actions afin d’améliorer leurs perspectives de rendement.

La newsletter spéciale PME vous montre comment optimiser votre caisse de pension, vos assurances et votre succession:

Comment les bénéficiaires utilisent-ils cette liberté de choix? C’est à cette question que répond une nouvelle étude de VZ. L’analyse porte sur environ 1900 dépôts de bénéficiaires de VZ Fondation collective, la deuxième plus grande fondation collective pour les plans 1e. 

Part d’actions dans la prévoyance complémentaire

Dans la prévoyance de base, la part d’actions moyenne s’élève à 29%. L’étude montre que près de la moitié des bénéficiaires investit nettement plus en actions, un quart environ choisit une part de 35% et autres préfèrent une allocation plus conservatrice que dans la prévoyance de base.

Conseil : Dans VZ fondation collective, les cadres peuvent augmenter leur part d’actions jusqu’à 85%. La caisse de pension comptabilise leurs résultats de placement sur un dépôt personnel. Étant donné qu’elle ne compense pas les pertes, elle n’a pas besoin de constituer de réserves de fluctuation de valeurs collectives. Pour les employeurs, c’est une solution attrayante, car elle réduit les coûts. De plus, elle évite dans une large mesure le phénomène de redistribution dans la prévoyance professionnelle.