Impôts

Retraite: économies fiscales réalisables

Optimiser sa charge fiscale suffisamment tôt permet souvent de réaliser des économies fiscales de dizaines de milliers de francs.

Lionel Chambettaz
Expert patrimonial
Mis à jour le
10 janvier 2023

Il est recommandé d’entamer la planification fiscale au moins dix ou quinze ans avant la cessation d’activité prévue afin d’exploiter toutes les possibilités d’optimisation. Comme le montre l’exemple du tableau ci-dessous, un couple qui entreprend les bonnes démarches dès cinquante ans réduira sa facture fiscale jusqu’à 121'000 francs les décennies suivantes.

Les versements volontaires dans la caisse de pension (rachats CP) et dans le pilier 3a sont souvent les mesures les plus efficaces pour économiser de l’argent année après année. Rien qu’avec ces deux mesures, le couple de l’exemple paie près de 78'000 francs d’impôts en moins s’il échelonne les rachats CP dans le temps et si les deux époux versent le montant annuel maximal dans le 3e pilier jusqu’à la retraite.

En plus de cela, les époux répartissent les retraits de leurs avoirs de prévoyance sur plusieurs années au lieu de tout retirer en une fois. Ce faisant, le couple économise encore près de 4500 francs d’impôts. On peut toucher l’épargne du pilier 3a ainsi que l’avoir de libre passage jusqu’à cinq ans avant l’âge de la retraite AVS.

Fiche technique

Économiser des impôts lors du départ à la retraite

Apprenez comment optimiser votre revenu imposable à la retraite et économiser ainsi plusieurs milliers de francs.

En attendant 69 ans au lieu de 64 pour toucher son avoir de libre passage, investi en titres, la femme réalise une économie d’impôt supplémentaire d’environ 5100 francs. Un retrait aussi tardif que possible est judicieux car les avoirs en fondation de libre passage ne seront pas imposables au titre de patrimoine, ni les revenus d’intérêts et de dividendes au titre de revenu.

Le niveau d’imposition après la retraite dépend aussi de si l’on touche son avoir en caisse de pension sous forme de rente ou de si l’on en retire au moins une partie en capital. La rente est imposable à 100% en tant que revenu, alors que le retrait du capital est imposé une seule fois, distinctement du reste des revenus et à un taux d’imposition plus faible. D’un point de vue fiscal, la sortie en capital est donc en général plus intéressante que la rente sur le long terme.

Le couple de notre exemple a soupesé soigneusement les avantages et les inconvénients d’une sortie en capital et opté, comme beaucoup d’autres couples, pour une combinaison: le mari se fait verser son capital, la femme perçoit une rente. Jusqu’à l’âge de 85 ans, ils économisent ainsi 34'000 francs d’impôts.

Vous souhaitez économiser le plus d’impôts possible? Alors commandez notre fiche technique sans frais ou parlez-en à un expert dans la succursale VZ la plus proche de chez vous.