Le bon moment de racheter des années de cotisation LPP

Le Matin Dimanche, 08.11.2009

Le rachat d’années de cotisations LPP est un bon moyen pour économiser des impôts, parce que le montant est totalement déductible du revenu imposable.

Par Roland Bron, VZ VermögensZentrum, Lausanne

Comme nous arrivons en fin d’année, c’est le bon moment pour effectuer ce genre d’opération. Car les caisses – à de très rares exceptions près – ne rémunèrent pas les rachats effectués en cours d’ années. Elles ne commencent donc leur calcul pour le montant considéré qu’au 1er janvier de l’ année suivante.

Toutefois il convient d’abord de vous renseigner auprès de votre caisse pour connaître votre potentiel de rachat. A cette occasion, n’oubliez pas de lui demander de vous préciser, par écrit, si votre rachat est crédité dans la part obligatoire ou surobligatoire. C’est important de le savoir, car la part surobligatoire a souvent un taux de rémunération inférieur. Ce qui peut diminuer la rente qui en résultera.

Si vous désirez retirer le montant de votre rachat en capital, renseignez-vous sur la faisabilité de l’opération et ses répercussions fiscales. Cette somme sera taxée comme revenu, mais sur la base d’un taux préférentiel appliqué aux capitaux de prévoyance. Attention aux délais d’attente. La LPP prévoit que les prestations découlant d’un rachat ne peuvent être versées sous forme de capital par les caisses avant 3 ans de délai de carence.

Si le rachat se fait par acomptes, chaque versement entraîne une nouvelle prolongation de 3 ans. Ce délai s’applique à toutes les formes de retrait en capital: en espèces, anticipé pour l’achat d’un logement et les prestations de retraite sous forme de capital en lieu et place d’une rente. La prévoyance acquise avant le rachat n’est pas concernée par cette restriction.