Informations sur les placements

Partager cette page

Newsletter du 19 mars 2020

Compte rendu bimensuel détaillé de nos experts sur les derniers développements des marchés financiers et prévisions pour les prochaines semaines.

Les thèmes de cette édition:

Actualité des bourses et des marchés

Les banques centrales recourent à des mesures draconiennes : Pour amortir le choc économique de la crise du coronavirus, de nombreuses banques centrales ont annoncé des mesures d’assouplissement monétaire exceptionnelles. La Réserve fédérale américaine (Fed) a, ce mois-ci, déjà procédé pour la deuxième fois à une baisse inattendue de son taux directeur (cf. graphique). La nouvelle fourchette s’établit entre zéro et 0,25 %, soit un point de pourcentage complet de moins que précédemment. De surcroît, la Fed compte injecter au moins 1500 milliards de dollars dans l’économie ces prochaines semaines. La Banque d’Angleterre a abaissé son taux directeur de 0,5 % à 0,25 %, va encourager les crédits aux entreprises et assouplir les exigences de capitaux pour les banques. La Banque centrale européenne (BCE) veille avant tout à assurer la fourniture de liquidités à un secteur bancaire affaibli. Contrairement aux attentes du marché, elle avait renoncé à diminuer ses taux. Cette mesure a également vocation à préserver la rentabilité des instituts bancaires. Par ailleurs, les autorités monétaires des États-Unis, de la zone euro, du Canada, de Grande-Bretagne, du Japon et de Suisse ont convenu de proposer des opérations de crédit en dollars à moindre coût. But de cette décision : renforcer globalement le système financier et garantir l’approvisionnement des banques et des entreprises en monnaie mondiale de référence.

À quelles autres mesures peut-on maintenant s’attendre ? Les gouvernements et différentes organisations internationales ont promis leur assistance dans la lutte contre les impacts économiques de la crise du coronavirus. Le Fonds monétaire international, par exemple, est disposé à mobiliser 1'000'000'000'000 (1000 milliards) de dollars de ses capacités de crédit pour aider les États à lutter contre le virus. Les États-Unis veulent lancer un plan national de soutien d’envergure similaire (1200 milliards de dollars) qui prévoit, notamment, des distributions directes aux citoyens américains à hauteur d’au moins 1000 dollars par bénéficiaire. Ce plan doit encore être approuvé par le Congrès. En Allemagne, la banque publique de développement (KfW) entend accorder jusqu’à 550 milliards de crédits pour sauvegarder l’économie européenne. L’Italie a prévu une enveloppe de 25 milliards d’euros dédiée aux citoyens et PME affectés par l’épidémie, par exemple sous forme d’aides financières pour la garde des enfants et de subventions salariales directes. Et il faut s’attendre à bien davantage encore.

Baisse des taux directeurs
Toutes les grandes banques centrales disposant d’une marge de manœuvre au niveau des taux directeurs ont abaissé leurs taux, de manière parfois draconienne.
Baisse des taux directeurs

Source: Bloomberg

La Chine considère que le sommet de la vague d’infection est passé : Aux dires de la Commission de la santé de Pékin, la Chine a désormais franchi le point culminant de la propagation du coronavirus et le nombre de nouvelles infections ne cesse de se résorber. Effectivement, selon les statistiques officielles, la Chine a signalé ces derniers jours nettement moins de nouvelles infections et de décès. Le nombre de décès n’avait plus progressé aussi lentement depuis des semaines. On ignore toutefois dans quelle mesure les statistiques officielles reflètent la situation réelle et à combien s’élève le nombre de cas non recensés.