Informations sur les placements

Partager cette page

Newsletter du 9 janvier 2020

Compte rendu bimensuel détaillé de nos experts sur les derniers développements des marchés financiers et prévisions pour les prochaines semaines.

Les thèmes de cette édition:

Actualité des bourses et des marchés

L’escalade des tensions au Moyen-Orient fait s’envoler les cours de l’or et du pétrole: l’assassinat du général iranien Kassem Soleimani ordonné par Donald Trump et la crainte d’une escalade du conflit ont fait s’envoler les cours de l’or et du pétrole (cf. graphique). Donald Trump avait même encore aggravé la situation en proférant des menaces à l’encontre de l’Irak. Quelques jours seulement après la mort de Kassem Soleimani, les événements se précipitent au Moyen-Orient. En guise de représailles, l’Iran a déjà attaqué deux bases militaires américaines en Irak. Considérée isolément, la mort de Soleimani n’est pas de nature à affecter le marché des actions: celui-ci a, on le sait, la mémoire courte et ce type d’événement tomberait vite dans l’oubli. Par contre, si le conflit fait tache d’huile, il pourrait avoir des conséquences fâcheuses, telles que le blocage du détroit d’Ormuz par l’Iran ou une intervention israélienne.

Les cours du pétrole Brent et de l’or augmentent
L’assassinat du général iranien Kassem Soleimani et le risque d’escalade militaire au Moyen-Orient font s’envoler les prix du Brent et de l’or.
Les cours du pétrole Brent et de l’or augmentent

Source: Bloomberg

Faiblesse de l’industrie aux États-Unis: aux États-Unis, l’indice des directeurs d’achat de l’Institute for Supply Management (ISM) pour l’industrie et le secteur manufacturier indique une nouvelle contraction de l’activité. En décembre, il a perdu 0,9 point pour s’établir à 47,2 points. Cette évolution est inattendue pour les analystes, qui tablaient plutôt sur une hausse. Cela fait donc cinq mois que l’ISM signale un ralentissement de l’économie américaine. L’indice ISM est considéré comme un indicateur avancé fiable de l’activité économique aux États-Unis. Un niveau supérieur à 50 points est le signe d’une expansion économique, tandis qu’une valeur inférieure à ce seuil indique une contraction. Les investisseurs attendent désormais avec impatience la publication, vendredi, du rapport sur le marché de l’emploi aux États-Unis.

Regain de confiance des investisseurs dans la zone euro: en janvier, le moral des investisseurs dans la zone euro s’est amélioré malgré la crise iranienne. L’indicateur conjoncturel de l’institut de recherche économique Sentix a progressé de 6,9 points par rapport au mois précédent pour s’inscrire à 7,6 points. C’est la troisième progression d’affilée et la valeur la plus élevée depuis novembre 2018. Selon Sentix, cette nouvelle hausse éloignerait, pour l’heure, le risque d’une récession dans la zone euro et l’environnement resterait favorable aux actions.

L’UE prolonge les sanctions à l’encontre de la Russie: l’Union Européenne (UE) a officiellement prolongé ses sanctions économiques à l’encontre de la Russie. Les restrictions touchant le commerce et les investissements, qui étaient loin de faire l’unanimité parmi les acteurs économiques européens, avaient déjà été prolongées en juin dernier jusqu’au 31 janvier 2020. Elles sont donc reconduites pour encore six mois supplémentaires, jusqu’au 31 juillet. Ces mesures ont été mises en place après le crash d’un avion malaisien dans l’est de l’Ukraine en juillet 2014. Selon les enquêteurs occidentaux, l’appareil aurait été abattu par des séparatistes prorusses. Les experts estiment que le coût de ces sanctions se chiffre d’ores et déjà en centaines de milliards pour la Russie. La conjoncture européenne en subit toutefois aussi les conséquences, car les mesures restrictives rendent difficiles les échanges commerciaux de nombreuses entreprises de l’UE avec la Russie.

Nouveau gouverneur pour la Banque d’Angleterre: après le changement à la tête de la Banque centrale européenne en novembre 2019, c’est au tour de la banque centrale britannique de changer de dirigeant. En mars, l’actuel directeur de l’Autorité des marchés britanniques (FCA), Andrew Bailey, succédera à Mark Carney. Andrew Bailey faisait figure de favori. De 2013 à 2016, il avait déjà été vice-gouverneur de la Banque d’Angleterre. Le Canadien Mark Carney avait repris le poste en 2013 et avait prolongé son mandant de gouverneur, initialement limité à cinq ans, en raison des incertitudes liées au Brexit.