Prévoyance

Sans nouvel emploi, que se passe-t-il avec les avoirs de libre passage?

Si l’on interrompt son travail pour une période prolongée afin de s’occuper de son enfant, suivre une formation ou faire un voyage autour du monde, on doit transférer son avoir de la caisse de pension auprès d’une institution de libre passage jusqu’à ce qu’on retrouve un emploi ou qu’un motif justifie son retrait. Ceci est également valable en cas de chômage, sauf si l’on perd son emploi les dernières années précédant le départ à la retraite.

Laura Renggli

Spécialiste en prévoyance

Les avoirs de libre passage peuvent être retirés, à de rares exceptions près, au plus tôt cinq avant d’atteindre l’âge de la retraite AVS. Important: à la fin du dernier rapport de travail, on reste assuré en cas d’invalidité et de décès auprès de la caisse de pension actuelle durant un mois sans cotiser. Si l’on devient invalide au cours de ces 30 jours, on reçoit une rente d’invalidité de la caisse de pension actuelle.

Certaines caisses de pension offrent la possibilité de maintenir la couverture des risques de décès et d’invalidité pour une durée limitée et de continuer à épargner partiellement pour sa vieillesse. Si la caisse de pension ne propose pas cette option, il est recommandé de s’assurer autrement. Si l’on tombe gravement malade au cours d’une interruption de travail prolongée, les conséquences financières sont alors au moins couvertes.

Que se passe-t-il en cas de chômage?

La prolongation de la couverture de 30 jours s’applique également pour les assurés qui perdent leur emploi. Ensuite, les personnes sans emploi sont assurées obligatoirement auprès de l’institution supplétive LPP, mais seulement pour les risques d’invalidité et de décès et seulement si elles perçoivent des indemnités journalières de la caisse de chômage et que leur salaire journalier est d’au moins 82,60 francs (état: 2021).

Fiche technique

Conseils pour le pilier 3a

Cette fiche technique vous indique quand les rachats sont les plus judicieux et quelle est la meilleure façon de procéder.

En plus de la couverture du risque, si la personne souhaite continuer à cotiser dans sa prévoyance vieillesse, elle peut le faire via l’institution supplétive sur une base volontaire si la caisse de pension actuelle n’offre pas cette possibilité. Elle doit toutefois payer les cotisations de sa poche, même celles qui ont été versées par l’employeur jusqu’à présent.

Les avoirs de vieillesse doivent être transférés auprès d’une institution de libre passage ou de l’institution prévoyance qui auprès de laquelle la personne continue à cotiser volontairement pour l’épargne vieillesse. Vous avez la possibilité de choisir entre une police, un compte ou un dépôt de titres. Il est recommandé de choisir la variante qui rapporte le plus d’intérêts.

Les personnes licenciées par leur employeur et âgées d’au moins 58 ans peuvent, de par la loi, rester assurées auprès de leur caisse de pension actuelle si elles le souhaitent. Certaines caisses de pension proposent déjà cette possibilité aux personnes concernées dès 55 ans. Vous en apprendrez davantage ici.