Prévoyance

Assurance-vie: ne mélangez pas assurance et épargne!

Les assurances-vie mixtes liées à des fonds de placement sont chères et opaques, et les commissions rognent une grande partie du rendement.

Corentin Du Marchie

Spécialiste en placements

Il n’est pas judicieux de verser de l’argent dans une assurance-vie qui couvre les risques décès et invalidité tout en permettant de se constituer une épargne. Généralement, il est plus intéressant d’épargner au moyen de placements peu onéreux et de souscrire à côté une assurance de risque pur pour assurer sa protection et celle de sa famille.

Les assurances-vie mixtes ont un fonctionnement opaque. Il est souvent difficile de savoir quel est le montant effectivement affecté à l’épargne, combien coûte la couverture et quelle est la commission versée à l’intermédiaire. Il n’est donc pas étonnant que le rendement de ces assurances n’atteigne pas celui d’un placement efficace offrant une couverture des risques équivalente conclue séparément.

C’est ce qu’illustre la comparaison suivante: une épargnante verse chaque année 6000 francs dans une assurance-vie liée à des fonds de placement. Au bout de 20 ans, elle perçoit 132'196 francs, soit environ 25'000 francs de moins que si elle avait investi la même somme dans un plan d’épargne en ETF tout en concluant une assurance de risque à part (cf. tableau ci-dessous).

L’hypothèse de rendement est de 3 % pour les deux variantes. À quoi tient cette différence? Essentiellement au niveau élevé des commissions, aux frais de risque et d’administration.

Conseil: les assureurs préfèrent vendre ce type d’assurance-vie car ils ont beaucoup à y gagner. Mais si vous séparez épargne et assurance, vous aurez plus d’argent au bout du compte.