S’expatrier après la retraite

De nombreux Suisses réalisent leur rêve de passer leurs vieux jours à l’étranger. Ils sont particulièrement attirés par un climat agréable ou un coût de la vie moins élevé. 

Voici les principaux aspects juridiques et financiers auxquels les retraités devraient prêter attention lorsqu’ils souhaitent quitter définitivement la Suisse :

AVS et caisse de pension

Afin d’éviter tout retard dans le versement des rentes, il convient d’annoncer le changement de domicile à la caisse de pension et à la caisse de compensation AVS le plus rapidement possible. Les caisses de pension exigent souvent un compte en Suisse pour le versement des rentes. En revanche, la rente AVS peut être versée à l’étranger, soit dans la monnaie du pays de domicile, soit dans une autre monnaie éligible. 

Les préretraités qui s’expatrient dans un pays hors de l’UE et qui étaient assurés à l’AVS en Suisse au cours des cinq années précédant leur préretraite peuvent adhérer à l’assurance AVS facultative et éviter ainsi des lacunes de contribution.

Assurance-maladie

Les retraités qui s’installent dans un État de l’UE et perçoivent uniquement une rente en provenance de Suisse sont généralement tenus de s’assurer contre la maladie et les accidents auprès d’une caisse-maladie en Suisse. Certains pays de l’UE permettent aux bénéficiaires de rentes de s’assurer soit en Suisse, soit dans leur pays de domicile. 

Les retraités assurés en Suisse bénéficient, dans chaque pays de l’UE, des mêmes prestations de soins en cas de maladie que la population locale. Toute personne qui tombe malade pendant ses vacances dans un autre État de l’UE ou en Suisse a droit aux prestations d’assurance légales du pays de destination. En revanche, le traitement ciblé dans un autre pays (p. ex. en Suisse) en dehors de toute situation d’urgence ne sera pas forcément remboursé. Mieux vaut donc se renseigner à l’avance sur la prise en charge éventuelle des coûts. 

Les retraités qui ont choisi de s’installer dans un pays en dehors de l’UE peuvent aussi rester assurés en Suisse à certaines conditions. Certaines caisses-maladie suisses proposent même des solutions d’assurance internationales pour les Suisses à l’étranger. Une autre possibilité consiste à conclure une assurance-maladie internationale. Attention toutefois aux restrictions : seules les personnes en bonne santé et ne dépassant pas un certain âge sont généralement admises dans le cercle des assurés. 

Achat immobilier 

Pour acheter un bien immobilier dans un nouveau pays de domicile, il faut être en mesure de le financer avec ses fonds propres ou faire appel à un institut de crédit local. Les banques suisses ne financent généralement pas l’achat de biens immobiliers à l’étranger.

Dans certains pays, l’acquisition de biens immobiliers est restreinte pour les citoyens étrangers. Les Suisses peuvent toutefois acheter un terrain ou un bien sans restriction dans tout pays de l’UE dans lequel ils se domicilient. Il est conseillé de faire appel à des professionnels sérieux, au fait du marché immobilier local et des dispositions légales, tant pour la sélection que pour l’achat d’un objet adéquat. 

Placements et devises

Le financement des dépenses courantes se fera vraisemblablement en grande partie à l’aide de la fortune personnelle. Les placements ne seront plus axés sur le franc suisse mais sur la monnaie de référence du pays hôte, où seront effectuées les dépenses. 

Il est conseillé d’acheter les devises dont on a besoin pour s’installer à l’étranger en plusieurs tranches. Cela permet d’obtenir un cours moyen aussi avantageux que possible. Les personnes qui optent pour un pays dont la monnaie affiche de fortes fluctuations de change, dans lequel l’inflation est élevée ou les conditions économiques et politiques sont instables, ont tout intérêt à conserver une grande partie de leur fortune en Suisse.

Impôts

Le départ définitif de Suisse entraîne en principe l’obligation de déclarer son revenu et sa fortune à l’étranger, où ceux-ci seront imposés. Les établissements commerciaux suisses de même que les biens immobiliers situés en Suisse et le rendement qu’ils génèrent restent toutefois imposables en Suisse. Le taux d’imposition dépend du revenu et de la fortune générés dans les différents pays. 

La Suisse perçoit généralement un impôt à la source sur les rentes de caisses de pension lorsque le bénéficiaire est domicilié à l’étranger. Cependant, si la Suisse a conclu une convention de double imposition avec l’État de domicile, il est possible de demander le remboursement de cet impôt. 

La même règle s’applique aux retraits en capital des avoirs du deuxième pilier et du pilier 3a. Lorsque le remboursement de l’impôt à la source est impossible, il est conseillé de transférer ses avoirs de prévoyance vers une institution de libre passage ou de prévoyance ayant son siège dans un canton où l’impôt à la source n’est pas élevé avant d’en demander le versement.

Planification successorale

Les Suisses à l’étranger doivent s’informer sur les autorités compétentes en matière de planification successorale, sur le droit applicable et sur les formalités liées aux dispositions testamentaires. L’ordre juridique de certains pays autorise de régler une succession selon le droit suisse et de charger les autorités suisses du règlement du partage successoral. Il est recommandé de se renseigner sur le montant des droits de succession dans le nouveau pays de résidence. En Suisse, les conjoints sont exonérés de droits de succession, de même que les descendants directs dans la plupart des cantons.

Partager cette page