Le pilier 3a

La prévoyance vieillesse repose sur les trois piliers que sont l’AVS, la caisse de pension et la prévoyance privée, dont les prestations sont censées compenser la perte de revenu à la retraite. En plus des cotisations obligatoires au 1er et 2ème pilier, de plus en plus de personnes actives se constituent volontairement un capital dans le 3ème pilier.

Et cela pour une bonne raison: même si la loi prévoit que les prestations de l’AVS et de la caisse de pension doivent assurer le maintien du niveau de vie habituel à la retraite, c’est malheureusement de moins en moins le cas. Les rentes des caisses de pension ont baissé ces dernières années et n’ont souvent pas été adaptées au renchérissement. De plus, la pression sur les rentes de la caisse de pension n’est pas près de se relâcher: les personnes qui prendront leur retraite dans dix ans, vingt ans ou plus doivent donc s’attendre à une nouvelle diminution des prestations. Afin de pouvoir combler les lacunes de revenus à la retraite, il est conseillé aux personnes actives de commencer à se constituer un patrimoine suffisamment tôt.

Constituer un patrimoine et économiser des impôts

Avec le pilier 3a, les épargnants bénéficient d’avantages fiscaux multiples. Les actifs peuvent déduire de leur revenu imposable leurs cotisations annuelles au pilier 3a jusqu’à concurrence du montant maximal fixé par la loi. L’avoir du pilier 3a ainsi que les intérêts et les revenus qu’il génère sont exonérés de l’impôt sur la fortune et sur le revenu. De plus, l’avoir du pilier 3a n’est imposable qu’au moment de son versement, et le taux d’imposition est moins élevé que celui appliqué au revenu.

Qui a le droit de cotiser et quel montant

Seules les personnes exerçant une activité lucrative peuvent cotiser au pilier 3a. Les personnes sans emploi également, pour autant qu’elles touchent des indemnités journalières de l’assurance-chômage. Les personnes qui conservent une activité lucrative au-delà de l’âge ordinaire de la retraite peuvent continuer à cotiser au pilier 3a, au maximum jusqu’à 70 ans pour les hommes et 69 ans pour les femmes. Les personnes sans activité lucrative n’ont pas le droit de cotiser au troisième pilier.
La Confédération fixe tous les deux ans le montant maximum pouvant être déduit du revenu imposable. Pour les salariés, le revenu déterminant correspond au salaire brut après déduction des cotisations AVS/AI/APG/AC. Pour les travailleurs indépendants, il s’agit du bénéfice du compte de résultat après déduction des cotisations AVS/AI/APG et rectification fiscale. Il est encore possible de cotiser au pilier 3a l’année du départ à la retraite. Le versement doit toutefois être effectué au plus tard la veille du jour du départ à la retraite. 

Les dix meilleurs conseils pour votre pilier 3a

Partager cette page