Capital de prévoyance vieillesse

Tout salarié est affilié à une caisse de pension et se constitue ainsi un 2e pilier. Lors du départ à la retraite, ce capital de prévoyance vieillesse (LPP) ou avoir de vieillesse est versé sous forme de capital ou sous forme de rente.

Le montant du capital de vieillesse dépend de trois facteurs. Il repose principalement sur les bonifications de vieillesse, c’est-à-dire les cotisations du salarié et de son employeur à la caisse de pension. À celles-ci s’ajoutent les rachats volontaires d’années de cotisations, qui sont avantageux d’un point de vue fiscal et permettent à de nombreux salariés d’augmenter leur avoir de prévoyance. Enfin, l’assuré touche des intérêts sur le montant épargné : le taux d'intérêt minimal obligatoire se monte à 1 % (état en 2017).

Le montant actuel de l’avoir de vieillesse figure sur le certificat de prévoyance que l’assuré reçoit chaque année de sa caisse de pension.

Rente ou capital ?

Au moment du départ en retraite, chacune et chacun doit décider de retirer son capital de vieillesse soit sous forme de rente, soit sous forme de capital. Dans le premier cas, le capital de vieillesse est transformé en une rente annuelle dont le montant correspond actuellement à 6,8 % de l’épargne totale. Dans le deuxième cas, l’assuré reçoit la somme épargnée et décide lui-même de la manière dont il souhaite l’utiliser. Il peut par exemple investir dans un bien immobilier ou dans des titres pour générer des revenus.

De plus en plus de retraités optent pour un retrait mixte. Ils perçoivent sous forme de rente la partie dont ils ont besoin pour couvrir leurs dépenses courantes, et se font verser le capital restant.

Un retrait anticipé réduit le capital

L’avoir auprès de la caisse de pension est immobilisé jusqu’au départ à la retraite. Un retrait anticipé du deuxième pilier est possible uniquement lors de l’acquisition ou de la construction de son propre logement. Cela signifie toutefois que le capital de prévoyance sera moins élevé lors du départ à la retraite, d’où une rente moindre. Par ailleurs, il faudra rembourser tous les versements anticipés avant de pouvoir procéder à des rachats de cotisations.

Dans le cas d’une retraite anticipée, le capital de vieillesse est également réduit par rapport à une retraite ordinaire. En effet, comme il part plus tôt à la retraite, l’assuré cotise et perçoit des intérêts pendant moins d’années. De plus, le taux de conversion qui détermine le montant de la rente à vie est lui aussi réduit.

Partager cette page