Avoirs du 2e pilier oubliés: il vaut la peine de les rechercher

Parfois, les personnes qui ont changé d'emploi plusieurs fois ou travaillé à l'étranger perdent de vue une partie de leurs avoirs de prévoyance professionnelle.

Aujourd'hui, il est rare de travailler toute sa vie pour le même employeur. Lorsqu'un salarié prend un nouvel emploi ou part travailler à l'étranger, il récupère habituellement l'avoir épargné auprès de sa caisse de pension. Pourtant, il arrive que cet avoir ne soit pas réclamé. 

En cas de changement d'emploi, il est de la responsabilité de l'assuré de faire transférer son avoir de vieillesse dans la nouvelle caisse de pension. En principe, l'institution de prévoyance de l'ancien employeur le contacte par écrit pour qu'il engage les démarches nécessaires. Or, il arrive trop souvent que celui-ci ne donne pas suite. On parle alors d'avoirs non réclamés. 

Après un délai de deux ans, si la caisse de pension n'a pas été informée de l'endroit où verser l'argent, les avoirs accumulés sont transférés sur un compte de libre passage auprès de la Fondation Institution supplétive LPP. Cette fondation publique gère les avoirs de libre passage non réclamés en attendant que leur bénéficiaire légitime se manifeste. La plupart du temps, il s'agit de petits montants de quelques milliers de francs. Il arrive néanmoins que des sommes bien plus importantes refassent surface après des années alors que le bénéficiaire en avait perdu la trace. 

Les recherches ne coûtent rien

Si vous craignez d'avoir égaré une partie de vos avoirs de prévoyance professionnelle, vous pouvez adresser une demande à la Centrale du 2e pilier qui effectuera des recherches gracieusement pour vous. Cette institution est l'organe de liaison entre les institutions du deuxième pilier et les assurés. Les institutions de prévoyance doivent régulièrement lui déclarer les avoirs oubliés ou pour lesquels elles n'ont plus de contact avec l'assuré.

Partager cette page