L'assurance complémentaire optimale

Le choix des assurances maladie complémentaires est une affaire très personnelle. Il dépend de votre état de santé, de votre besoin de sécurité, de votre situation et de vos priorités.

Faites le point sur vos besoins

À combien se montent vos coûts de santé, en moyenne? Pouvez-vous renoncer au libre choix du médecin? En cas d'hospitalisation, pouvez-vous vous contenter d'un séjour en chambre commune? Voulez-vous être traité par le médecin chef? Avez-vous besoin d'une couverture complète à l'étranger? Êtes-vous prêt à payer un prix élevé pour bénéficier d'une couverture d'assurance maximale?

Attention aux rabais à l'entrée

Certaines caisses offrent d'emblée des rabais élevés selon un système de bonus/malus.  

Demandez toujours quelle sera la hausse de prime si vous recourrez aux prestations!  

Évitez les contrats de longue durée

Si vous concluez un contrat pluriannuel, vous serez en général lié à cet assureur jusqu'à l'échéance du contrat. Une résiliation anticipée n'est possible qu'en cas de hausse des primes (dans un délai de 25 à 30 jours après l'annonce) ou après un événement donnant droit à des prestations.  

Assura, CSS et Groupe Mutuel proposent par exemple de tels contrats léonins.

Informez-vous sur l'évolution future de vos primes

Demandez à votre caisse maladie une projection de l'évolution de vos primes avec l'âge.  

Dans certains cas, on peut constater aujourd'hui déjà que les primes deviendront difficiles à régler avec l'âge.

Comparez les primes et les prestations

Il existe de grandes différences de primes même pour les complémentaires d'hospitalisation. Toutefois, contrairement à l'assurance de base, les caisses maladie ne sont pas obligées d'admettre un assuré.

Un prestataire a le droit de refuser de vous assurer ou d'émettre des réserves en raison de vos antécédents médicaux. Si la caisse maladie impose des réserves, cela signifie qu'elle ne prendra en charge les frais de traitement que pour des maladies ou des accidents qui n'existaient pas encore au moment de la conclusion du contrat.

Ce que vous devez savoir sur les complémentaires ambulatoires

Les assurances complémentaires ambulatoires servent à combler les lacunes de prestations de l'assurance obligatoire de base.

Souvent, les complémentaires obligatoires sont proposées sous la forme de lots de prestations. Les caisses maladies peuvent composer ces lots selon leur bon gré. L'inconvénient, c'est que même si vous n'êtes intéressé que par l'une des prestations complémentaires, vous êtes forcé de payer des primes pour couvrir d'autres prestations inutiles.

Les assurances complémentaires sont facultatives. Les caisses maladie ne sont pas obligées de vous assurer. Elle peuvent refuser les personnes âgées ou malades, ou encore exclure certaines prestations, sans avoir à invoquer de quelquonque motif. Cela vaut pour la conclusion de nouveaux contrats.

Vérifiez à l'avance quels coûts sont pris en charge par la caisse maladie

Même si vous avez conclu une assurance complémentaire d'hospitalisation, vous n'avez pas la garantie absolue d'être admis dans toutes les cliniques privées. Si la caisse maladie n'a pas conclu de convention collective avec la clinique choisie, les assurés doivent assumer eux-mêmes un partie des coûts.

Par conséquent: pour les opérations prévisibles, demandez toujours à votre caisse maladie de confirmer à l'avance qu'elle prendra en charge la totalité des frais!

Optez pour une franchise libre

Si vous convenez d'une franchise pour une hospitalisation en chambre à deux lits ou en chambre privée, vous pouvez économiser entre 10 % et 70 % de la prime. Le rabais pour la même franchise varie d'un fonds à l'autre. 

Vous pouvez demander à votre caisse d'assurance maladie si elle renonce à votre franchise ou si elle la réduit si vous choisissez volontairement d'être soigné en division commune. 

Attention: en cas d'hospitalisation, vous devez payer la franchise choisie en plus de la franchise et de la franchise de l'assurance de base.

Excluez la naissance

Les femmes ne souhaitant pas avoir d'enfants devraient choisir une caisse-maladie leur permettant d'exclure les frais d'accouchement de leur assurance complémentaire hospitalière. 

L'assurance complémentaire d'hospitalisation sans couverture d'accouchement est de 20 à 40 % moins chère, selon la caisse-maladie.

N'oubliez pas de vous renseigner sur les délais d'attente pour les prestations de maternité offertes par les caisses d'assurance maladie. Selon la caisse d'assurance maladie, l'assurance complémentaire doit avoir été en vigueur au moins 270 ou 365 jours avant la date de naissance de l'enfant!

Adhérez à un contrat collectif

Renseignez-vous pour savoir si votre employeur, votre association, votre association professionnelle ou votre association professionnelle possède une assurance complémentaire collective d'hospitalisation. 

Si vous pouvez adhérer à une police d'assurance collective, vous économiserez entre 10 % et 20 % sur les primes d'assurance complémentaire.

Partager cette page