Saron: questions fréquentes

Partager cette page

 

L’un des taux d’intérêt de référence les plus importants jusqu’ici était le Libor (London InterBank Offered Rate). Ses jours sont désormais comptés partout dans le monde. En Suisse, il sera remplacé par le Saron fin 2021. Le Swiss Average Rate OverNight, ou Saron, est le taux d’intérêt auquel les banques se prêtent mutuellement de l’argent.

Le Saron est calculé et publié par l’exploitante SIX Swiss Exchange de la Bourse suisse, SIX Swiss Exchange (SIX). Selon la SIX, quelque 110 transactions de 160 banques et assurances sont prises en compte dans le calcul de ce taux d’intérêt moyen pondéré par le volume. 

Vers le haut

Le Libor est déterminé chaque jour, pour différentes devises et échéances, sur la base des valeurs fournies par une dizaine de banques londoniennes. Lors du "Libor fixing" quotidien, les banques participantes indiquent à quel taux elles octroient ou seraient prêtes à octroyer des crédits non gagés.

Depuis que les banques centrales inondent les marchés monétaires et des capitaux de liquidités, ce procédé n’est plus représentatif, car il n’existe plus guère de transactions réelles. La plupart du temps, les taux se basent donc sur les estimations des banques participantes.

De ce fait, l’autorité britannique des marchés financiers a décidé de ne soutenir le Libor que jusqu’à fin 2021.

Les banques utilisent le Libor comme référence pour la fixation des taux d’intérêt pour les emprunts, notamment hypothécaires. Or, le produit hypothécaire le plus connu est l’hypothèque du marché monétaire, aussi appelée hypothèque Libor. Il est donc impératif de trouver un remplaçant au Libor dans les meilleurs délais.

Le groupe de travail national (GTN) de la BNS recommande le Saron en remplacement du Libor.

Le Saron présente toutefois un inconvénient majeur: c’est un taux au jour le jour, alors que le Libor comprend des durées de validité de trois, six ou douze mois. Contrairement au Libor, en revanche, le Saron s’appuie entièrement sur des transactions réelles de 160 banques et assurances.

Il n’en reste pas moins inutilisable pour des échéances de trois ou six mois, qui sont pourtant d’usage pour les prêts hypothécaires. Pour remédier à cela, le GTN a mis au point une procédure qui permet de dériver du taux au jour le jour un taux à plus long terme: le Saron composé.

Vers le haut

Le Saron est un taux au jour le jour. Toutefois, les hypothèques du marché monétaire nécessitent des contrats à plus long terme: trois mois, six mois voire plus.

Le groupe de travail soutenu par la Banque nationale (GTN) a mis au point une solution pour le calcul d’un Saron à long terme et présentésept variantes de cette solution. Les banques sont libres d’utiliser le modèle de leur choix et de le modifier si nécessaire.

Six des sept variantes proposées reposent sur le calcul du Saron composé, un Saron capitalisé qui résulte d’une séquence de Sarons au jour le jour. Les variantes se distinguent les unes des autres de par la durée de la séquence de Sarons journaliers et le début de la  période d’observation. De plus, le moment auquel le taux est connu et l’échéance des intérêts diffèrent d’une variante à l’autre.

Vers le haut