Les cinq idées fausses les plus répandues concernant la rente immobilière

Le manque d’informations sur la rente immobilière et une image faussée de celle-ci sont souvent sources de malentendus. VZ fait la chasse aux idées fausses les plus répandues et répond aux questions fondamentales.

1. Est-ce que je reste propriétaire de ma maison avec une rente immobilière?

Oui, vous conservez le statut de propriétaire. L’établissement qui vous propose une rente immobilière ne fait que vous octroyer l’hypothèque. Il existe toutefois des prestataires qui se font transférer la propriété de l’objet et vous accordent le droit d’habitation.

2. Dois-je vendre le bien à l’échéance de l’hypothèque?

Lorsque l’hypothèque vient à expiration, le prestataire vérifie si les conditions sont réunies pour la maintenir. Dans l’affirmative, le financement peut être renouvelé. Dans le cas des hypothèques souscrites sur dix à quinze ans, les propriétaires ont généralement entre 75 et 80 ans, voire davantage, à l’échéance. D’après notre expérience, nombreux sont ceux qui souhaitent alors quitter leur maison en raison de leur âge. La plupart aspirent à la vendre ou à la transmettre à l’un de leurs enfants.

3. Mes enfants désapprouvent la rente immobilière sous prétexte qu’elle diminue l’héritage. Est-ce exact?

À défaut de rente immobilière, il faudrait envisager de vendre la maison. Le produit de la vente vous permettrait de bénéficier d’un complément de retraite tous les mois, après déduction de l’impôt sur les gains immobiliers. En revanche, vos dépenses augmenteraient fortement, car vous devriez vous acquitter d’un loyer pour un appartement qui est à la hauteur de vos exigences. Au final, cela vous reviendrait plus cher dans la plupart des cas. Lorsque les enfants connaissent cet argument, ils sont favorables à la rente immobilière.

4. Une telle hypothèque coûte-t-elle très cher?

Non. Les intérêts dus pour une rente immobilière se situent dans la fourchette habituelle des hypothèques à taux fixe comparables offertes par les banques suisses.

5. Est-ce que seuls les biens immobiliers chers et bénéficiant des meilleurs emplacements entrent en ligne de compte pour une rente immobilière?

On ne peut pas dire cela, mais d’après notre expérience, les propriétaires d’objets de grande valeur et très bien situés se séparent moins volontiers de leur propriété que ceux qui possèdent des maisons plus «normales»; ces derniers optent beaucoup plus souvent pour une vente. En ce qui concerne l’hypothèque, toutes les demandes sont examinées selon les mêmes critères. Nous analysons le marché et évaluons le bien sous l’angle de sa situation, de son état et de son standing. Le principal critère d’exclusion est généralement l’état général de l’objet: les biens mal entretenus ne se prêtent pas à la souscription d’une rente immobilière.

Partager cette page