A qui la rente immobilière est-elle destinée?

La rente immobilière est la solution idéale pour les retraités qui ont amorti une grande partie de leur hypothèque et souhaitent vivre le plus longtemps possible dans leur chez-soi. Avec la rente immobilière, ils perçoivent un capital supplémentaire pour couvrir les dépenses courantes.

Les propriétaires s’efforcent généralement d’amortir une grande partie de leur hypothèque lorsqu’ils sont encore en activité afin de réduire leurs frais de logement à la retraite. Malgré cela, nombreux sont ceux qui se retrouvent limités financièrement à la retraite en raison de la réduction progressive des rentes et de la fortune qui se consume peu à peu. Néanmoins, la plupart ne souhaitent pas renoncer à leur maison. Or, une rente immobilière leur procure suffisamment d’argent pour financer leur train de vie sans devoir vendre leur maison.

La rente immobilière convient aux propriétaires immobiliers à la retraite qui souhaitent conserver leur logement malgré de faibles revenus. Leur maison leur permet ainsi de s’assurer un niveau de vie bien mérité. Cette formule est accessible à de plus en plus de couples, car dans la plupart des cas, les enfants gagnent leur vie et n’ont pas forcément besoin de l’intégralité de l’héritage.

La rente immobilière apporte une sécurité financière aux retraités

La rente immobilière convient également aux seniors qui ne souhaitent rien laisser au hasard et veulent se prémunir contre le risque de résiliation de leur hypothèque par la banque. Car contrairement à d’autres modèles hypothécaires, la rente immobilière – également appelée hypothèque inversée – prévoit de payer à l’avance les intérêts dus pour toute la durée de l’hypothèque. Ainsi, tout danger de voir la banque dénoncer le contrat pendant la durée de l’hypothèque est écarté.

Avec la rente immobilière, la personne retraitée est en outre assurée de pouvoir continuer à vivre dans son logement si son conjoint venait à décéder. En effet, dans un cas classique, l’organisme prêteur procède normalement à un nouvel examen de la capacité financière au décès du conjoint, en raison de la baisse des revenus. Avec une rente immobilière, cela n’est pas nécessaire, car les intérêts servant à financer l’hypothèque sont déjà payés.
 

Partager cette page