Placements durables: perspectives de rendement plus élevé à long terme

Lorsque les bourses sont à la baisse, les fonds durables ont tendance à perdre plus que la moyenne. En revanche, des cours à la hausse leur sont en moyenne plus profitables qu’à d’autres.

Depuis le début de la crise financière, de nombreux fonds axés sur le développement durable ont perdu nettement plus que l’indice de référence MSCI World. Cela touche surtout les fonds durables, fortement ou exclusivement investis dans les branches écologiques classiques comme les énergies solaire et éolienne, le recyclage et le traitement des eaux.
Les fonds qui misent aussi sur des branches traditionnelles en se concentrant sur des entreprises appliquant des standards élevés en matière sociale et écologique sont moins touchés.

La peur soudaine d’une crise économique mondiale a fait particulièrement souffrir la branche du solaire au début de la crise financière. Bien des entreprises se sont vues confrontées à des surcapacités gigantesques entraînant des chutes dramatiques de leurs bénéfices. Le prix du pétrole a dégringolé, ce qui a induit directement la baisse des cours des fonds durables. Car lorsque le pétrole est moins cher, l’attrait des énergies renouvelables s’en trouve diminué.

La reprise des fonds durables ces derniers mois est essentiellement attribuable au fait que les investisseurs sont à nouveau disposés à prendre des risques. A long terme, le risque plus élevé des fonds qui comprennent une part importante d’entreprises du domaine des éco-énergies devrait être payant grâce à une meilleure rentabilité.

La comparaison sur quinze ans de l'indice mondial des valeurs de développement durable avec l’indice mondial des actions MSCI World est révélatrice: les investissements en valeurs durables ont présenté une performance moyenne de 5,05 % par an depuis 1994, alors que celle des valeurs traditionnelles n’a été que de 3.64 % par an pendant cette même période.

Partager cette page