Choisir le bon indice ETF

Avant de se décider pour un certain ETF, l’investisseur devrait commencer par la sélection d’un indice adéquat.

Les Exchange Traded Funds ont pour objectif de représenter un indice le plus fidèlement possible. Si l’indice augmente ou baisse, le cours de l’ETF suit la même évolution. Les critères importants pour la sélection d’un ETF sont, par conséquent, les rendements historiques et les risques de fluctuation de l’indice sous-jacent. Par exemple, un indice sur un marché d’actions dispose d’attentes de rendement plus élevées qu’un indice d’obligations. Mais les indices d’actions sont assortis de risques de cours plus élevés.

A l’intérieur d’une catégorie de placement, il peut y avoir de fortes différences de rendement (voir graphique). Le Swiss Market Index (SMI), le Swiss Leader Index (SLI), le Swiss Performance Index (SPI) et le SMI-Mid (SMIM) constituent tous un segment du marché suisse des actions. Toutefois, leur rendement au cours des six années précédentes se différencie nettement par moments. Entre décembre 2013 et décembre 2018, le SMIM a augmenté de près de 47 %, contre 20 % pour le SMI.

Indice pour le marché suisse des actions
Indice pour le marché suisse des actions

L‘évolution différente des rendements est due à la différence de composition des indices. Les investisseurs devraient donc en premier lieu choisir un indice avant de se décider pour un ETF. De nombreux indices pondèrent les titres d’après leur valeur boursière. Avec un ETF sur un tel indice, les investisseurs disposent d’une concentration des risques qu’il ne faut pas sous-estimer.

C’est pratiquement pareil pour le SMI: cet indice comprend les actions des 20 entreprises suisses les plus importantes. Les trois poids lourds, Nestlé, Novartis et Roche, représentent environ 50 % de l’indice en raison de leur valeur boursière importante. Pour le SPI, près de 50 % de l’indice sont représentés par ces trois multinationales, bien que l’indice, avec ses 205 titres, couvre près de l’ensemble des entreprises cotées à la Bourse suisse. En conséquence, le nombre de titres ne permet pas de conclure obligatoirement à une meilleure diversification.

Réduire la dépendance par rapport aux poids lourds de l’indice

La situation est différente pour le SLI, qui contient les 30 actions les plus négociées. L’indice vise une pondération maximale de 9 % par titre. Les titres des grandes entreprises ont donc beaucoup moins d’influence sur l’évolution de l’indice. Les risques de cours se répartissent à parts égales entre les titres.

Pour les investisseurs qui détiennent déjà des actions des principales entreprises suisses, un ETF sur le SMIM peut représenter un complément intéressant. L’indice comprend 30 entreprises de taille moyenne qui ne sont pas représentées dans le SMI. Ainsi, la dépendance par rapport aux poids lourds de l’indice est réduite.

Pour les indices d’actions régionaux ou mondiaux, il faut aussi tenir compte de la diversification au niveau des monnaies, des secteurs et des pays. De plus, les titres contenus dans l’indice devraient être facilement négociables et disposer de suffisamment de liquidités. Cela permet à l’ETF d’acheter et de vendre les titres nécessaires à peu de frais.

Partager cette page