Comparaison entre fonds actifs et fonds passifs

Les ETF et les fonds de placement actifs ont plusieurs points communs et une différence de taille: les premiers cherchent à répliquer le plus fidèlement possible le rendement de l’indice de référence tandis que les deuxièmes veulent faire mieux que l’indice de référence.

Les ETF appartiennent à la catégorie des fonds indiciels. Ces fonds de placement ont pour objectif de répliquer le plus fidèlement possible la performance d’un indice de référence pour les actions, les obligations ou les matières premières, par exemple. Il existe des indices pour toutes les classes d’actifs et il est possible de créer des fonds indiciels pour chacun d’entre eux.

"ETF" est l’abréviation d’Exchange Traded Fund, qui signifie "fonds de placement négociable en bourse". Les ETF peuvent donc, comme les actions, être négociés pendant les heures d’ouverture de la bourse concernée. Les ordres d’achat et de vente peuvent être passés par téléphone ou au moyen d’un service de banque en ligne et sont exécutés immédiatement pendant les heures d’ouverture de la bourse pour autant qu’aucune limite n’ait été fixée. Comme pour les actions, les ordres peuvent prévoir des conditions (ordres stop loss, par ex.). Le cours des ETF évolue sans cesse pendant une journée de négoce.

Étant donné que les ETF investissent dans un panier de papiers-valeurs tels que des actions, par exemple, ils possèdent également des propriétés comparables à celles des fonds de placement traditionnels. Les capitaux de l’investisseur sont placés dans tous les titres de ce panier par l’intermédiaire des parts d’ETF détenues.

Les ETF permettent ainsi d’obtenir une large diversification en toute simplicité et à moindres frais. En Suisse, les ETF sont soumis à la loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (LPCC), à l’instar des fonds de placement classiques. Sur le plan juridique, ils sont considérés comme un patrimoine distinct et restent la propriété de l’investisseur en cas de faillite de l’émetteur ou de la banque dépositaire, comme les fonds actifs.

Différents objectifs de placement

La grande différence entre les ETF et les fonds de placement classiques est l’objectif de placement. Les fonds classiques tentent de réaliser un rendement plus élevé que leur indice de référence. Cela implique que le gérant du fonds analyse en permanence les titres détenus dans l’indice. Avec l’aide de son équipe, il s’efforce de trouver des placements promettant de surpasser l’indice de référence.

Les ETF ne poursuivent pas le même objectif. Ils visent uniquement à reproduire exactement, autrement dit passivement, l’indice auquel ils se réfèrent, c’est-à-dire leur sous-jacent. C’est la raison pour laquelle les ETF sont souvent désignés comme des fonds passifs ou à gestion passive, contrairement aux fonds traditionnels, qui font l’objet d’une gestion active. Comme les ETF peuvent se passer d’une gestion onéreuse, leur coût est souvent inférieur à celui des fonds de placement classiques.

Risque limité de réaliser une sous-performance très élevée

Comme les ETF tentent de reproduire le rendement de l’indice de référence, le risque que le rendement obtenu soit sensiblement inférieur à celui de l’indice de référence est faible. Le profil risque/rendement d’un ETF correspond plus ou moins à celui du sous-jacent.

La performance de deux ETF sur le même indice est donc pratiquement identique et ne diffère guère du rendement de l’indice de référence. Les fonds actifs, en revanche, peuvent afficher une surperformance par rapport à l’indice, mais également une sous-performance non négligeable (voir graphique).

Comparaison entre fonds de placement actifs et fonds de placement passifs
Comparaison entre fonds de placement actifs et fonds de placement passifs

De nombreux fonds actifs ne réussissent pas à battre leur indice de référence après déduction de tous les frais, et n’atteignent donc pas leur objectif. C’est ce que prouvent des dizaines d’études réalisées dans le monde entier. Certains fonds parviennent effectivement à réaliser une surperformance par rapport à l’indice de référence tandis que d’autres affichent un rendement nettement inférieur à celui de leur indice. Les principales conclusions de ces études sur le rendement des fonds actifs sont les suivantes:

  • Une grande partie des gérants de fonds actifs ne parviennent pas à surpasser l’indice de référence, après déduction des frais. Cela concerne la quasi-totalité des classes d’actifs et des phases de marché.
  • Pour les investisseurs, rechercher les quelques fonds prometteurs s’avère extrêmement difficile, car les produits ayant réalisé les meilleurs résultats dans le passé ne seront pas forcément les plus performants à l’avenir.
  • Plus un fonds actif est détenu longtemps, moins il a de chance de battre son indice de référence.
  • La surperformance des fonds qui offrent un bon rendement est inférieure à la sous-performance des produits à faibles rendements.

Pour un investisseur privé, cela signifie que:

  • plus il détient de fonds actifs, moins il a de chances de réaliser une surperformance par rapport aux ETF,
  • plus il détient des fonds actifs sur une longue durée, moins il a de chances de réaliser une surperformance par rapport aux ETF.

Il est donc évident que pour un investisseur privé, placer son argent dans des fonds actifs ne peut s’avérer intéressant que dans des cas exceptionnels, parce qu’il ne possède généralement pas les connaissances et les outils nécessaires pour repérer les fonds prometteurs dans le vaste univers des fonds de placement qui s’offre à lui. Le risque de miser sur un mauvais fonds et de réaliser un rendement moins bon que celui de l’indice est trop élevé. Avec les ETF, ce risque n’existe pas.

Ce que vous devez savoir sur les ETF

Partager cette page