Total Compensation : Une rémunération plus élevée sans coût supplémentaire

Optimiser le système de rémunération, c’est financièrement avantageux pour l’employeur et pour les cadres.

Les employés perdent l’opportunité de réaliser des économies d’impôt parce que les entreprises ne font pas usage des possibilités offertes par la loi. Et les entreprises ratent leur chance d’économiser des frais de personnel.

La plupart des plans de prévoyance prévoient des primes qui se situent nettement en dessous du maximum autorisé par la loi, soit 25 % du revenu AVS brut. En maintenant la masse salariale constante, l’augmentation de la part d’épargne ne coûte rien à l’employeur. S’il obtient l’accord de ses employés, il peut réduire les salaires bruts et augmenter sa contribu-
tion à la caisse de pension. Les effets sont positifs pour les deux parties.

La réduction du salaire brut est atténuée par la réduction des déductions sala-riales de l’employé. Le salaire net est légèrement plus faible qu’auparavant. Mais cette diminution est compensée par des contributions plus élevées de l’employeur à la caisse de pension et par une réduction de la charge fiscale de l’employé.

Et de plus, le plan de prévoyance optimisé offre davantage de potentiel de rachat pour l’employé. Pour l’employeur, les coûts sont finalement réduits, car les salaires bruts et les contributions patronales à l’AVS sont inférieurs. Si l’on prend en compte les coûts globaux (Total Compensation Package ou TCP), on obtient une situation gagnant-gagnant classique.

Une situation gagnant-gagnant classique
Exemple : Un membre de la direction de 50 ans qui gagne 350'000 francs par an.
Une situation gagnant-gagnant classique

L’exemple graphique illustre cette optimisation dans le cas d’un membre de la direction de 50 ans qui gagne 350'000 francs par an. Le plan de prévoyance actuel assure le salaire entre 24'675 (déduction de coordination) et 350'000 francs. La part d’épargne est de 15 % du salaire assuré et l’employeur en finance la moitié.

Dans le cadre du plan optimisé, l’employeur assure l’intégralité du salaire AVS, la part d’épargne est augmentée à 25 % et l’employeur contribue à son financement à hauteur de 70 %. S’il réduit en même temps le salaire brut du membre de la direction à 305'000 francs, employeur et employé économisent chacun plusieurs milliers de francs par an. Et les possibilités de rachats fiscalement attrayants pour l’employé augmentent de plus de 1,1 million de francs.

Partager cette page