Evitez les pièges de la répartition en matière de prévoyance cadres

Le 2e pilier doit permettre à chacun de se constituer un avoir disponible à la retraite. En fait, les caisses de pension redistribuent cet argent en raison des taux d’intérêt et des rentes trop élevés qu’elles doivent verser. La répartition en une prévoyance de base et complémentaire permet de remédier à ce problème.

Les cadres disposent souvent d’une fortune considérable dans la caisse de pension, notamment sous la forme d’avoirs surobligatoires. Ces avoirs sont les plus touchés par la redistribution. En effet, une partie du revenu est prélevée par les caisses de pension pour financer les taux d’intérêt et le montant des retraites garantis avec le capital obligatoire.

Avec VZ Fondation collective, les entreprises ne souhaitant plus répartir l’argent entre les assurés sont à la bonne adresse. En effet, celle-ci décompose la caisse de pension des cadres en une prévoyance de base et une prévoyance complémentaire.

La répartition des gains est exclue, car VZ Fondation collective propose uniquement des solutions destinées au domaine surobligatoire. De surcroît, les primes de risque sont plus basses que celles des autres fondations.

Chez VZ Fondation collective, les assurés choisissent la stratégie de placement correspondant à leurs besoins pour la part de leur salaire dépassant 127'980 francs. Ils peuvent par exemple augmenter leur part en actions jusqu’à 50 %. 

Le résultat net total de ces placements est crédité au compte personnel de l’assuré. Cela garantit également des relations claires au moment du départ à la retraite ou d’un changement d’employeur : la prévoyance complémentaire verse à chaque assuré le montant total généré par leur capital, sur la base de la stratégie de placement choisie. En échange, les assurés renoncent à une garantie du taux d’intérêt.

La répartition dans différents instituts de prévoyance crée en outre une certaine marge de manoeuvre pour les prélèvements échelonnés, permettant un allégement fiscal. En cas de retrait d’avoirs de la prévoyance de base et complémentaire au cours d’années fiscales distinctes, la progression des impôts reste relativement modérée. Cependant, si l’assuré retire son avoir total de prévoyance de base en une fois, la progression fait un bond en avant l’année du retrait.

Partager cette page