Comment les entreprises réduisent le coût de leurs assurances

Dans la situation économique actuelle, la pression sur les coûts s’accroît sur les entreprises. Les contributions à la caisse de pension et aux assurances indemnités journalières en cas d’accident et de maladie forment la majeure partie des dépenses des primes des entreprises. Un changement de prestataire et une habile négociation favorisent jusqu’à 40 % d’économie.

De nombreuses entreprises n’épuisent toujours pas la totalité de leur potentiel d’économie dans les assurances de personnes. Les entreprises qui souhaitent profiter de primes plus basses en 2012 peuvent encore changer d’enseigne, même après l’expiration du délai de résiliation du 30 septembre si elles ont négocié à temps des délais de résiliation plus courts avec leurs assureurs.

Potentiel d'épargne des primes d'assurances
Exemple : entreprise de services de 85 collaborateurs ; bonnes prestations de la branche : indications en frs par année
Potentiel d'épargne des primes d'assurances

De toute façon, celles qui ont reçu un avis d’augmentation de primes de leur assurance indemnités journalières en cas de maladie ont encore du temps avant la fin de l’année. Si elles ne sont pas d’accord avec cette hausse, elles peuvent se départir immédiatement du contrat et trouver un autre prestataire moins cher dans les semaines à venir.

Au cours de ces dernières années, les primes pour les assurances de personnes ont heureusement continué à diminuer. L’aggravation des conditions de la loi sur l’assurance-invalidité a eu pour effet de réinsérer un nombre accru d’employés dans la vie active, ce qui a permis de faire reculer les paiements de rentes. Le contrôle des coûts et la concurrence entre les assurances et les caisses-maladie entraînent aussi une baisse des primes.

C’est sur ces points que les entreprises peuvent insister lorsqu’elles négocient leurs primes. Les primes de la caisse de pension constituent de loin la plus grande part de l’ensemble des dépenses d’assurance d’une entreprise.

C’est surtout dans la prévoyance-risque et dans l’administration qu’on peut économiser des primes. Dans une solution de caisse de pension équilibrée, cette part de coûts variables représente près de 30 % du total des coûts de la caisse.

Comment économiser futé dans la caisse de pension

La meilleure façon de procéder pour une entreprise est de lancer sur le marché un appel d’offres pour sa caisse de pension. En effet, aujourd’hui comme hier, les différences de primes entre les prestataires sont importantes.

Récemment, VZ s’est procuré des offres pour le compte d’une entreprise de prestations de services qui emploie 85 assurés. Cette entreprise a opté pour une autre caisse de pension aux prestations identiques, mais dont la part de primes pour le risque et l’administration est inférieure de 40 % à celle de la caisse précédente. Parfois, il suffit simplement de comparer les offres pour obtenir de meilleures conditions sans avoir à changer de prestataire.

Les entreprises peuvent aussi économiser des primes en évitant les surassurances.Nos conseillers en assurances ont constamment sous les yeuxdes plans de prévoyance de caisses de pension dont les prestations de risque ont été calculées sans la déduction du montant de coordination.

Si les rentes AI et de la caisse de pension venaient à dépasser 90 % du salaire brut, la caisse de pension réduirait sa rente jusqu’à la limite légale supérieure. Cela signifie que l’employeur et les collaborateurs paieraient pour des prestations qui ne seront jamais versées.

Nous savons par expérience que les assureurs accordent sans problème des rabais de quantité allant jusqu’à 10 %. Pour déterminer le niveau de la prime, la classe de risque que l’assureur attribue à l’entreprise est un facteur important. L’assureur y a une bonne marge d’appréciation dont l’entreprise devrait tirer parti.

L’assureur fixe le montant de la prime pour chaque classe de risque en se basant sur les statistiques des accidents survenus dans l’ensemble de la branche. Il vaut aussi la peine de mettre au banc d’essai l’assureur indemnités journalières en cas de maladie. Les entreprises qui présentent un taux de sinistres supérieur à la moyenne au cours des années précédentes peuvent essayer de le ramener à zéro en changeant d’assureur indemnités journalières maladie.

Certes, les assureurs échangent entre eux des informations sur les sinistres des cinq dernières années. Mais un nouvel assureur ne pénalise pas nécessairement des cas individuels précédents. En revanche, en augmentant ses primes, l’assureur actuel souhaite se protéger le plus possible pour les dépenses qui lui ont été occasionnées par le passé.

Comment augmenter la pression lors de la négociation

Les entreprises peuvent mettre davantage de pression sur la négociation en adjugeant au plus offrant, sous forme de paquet global, leur assurance LAA, complémentaire LAA et assurance indemnités journalières en cas de maladie. Cette manière de faire permet souvent de faire des économies pouvant aller jusqu’à 40 % du montant de ses primes actuelles.

Veillez encore à contrôler que la durée contractuelle concorde bien avec la période du versement des excédents. Car ils ne sont versés que si les deux se terminent en même temps.

Partager cette page