Epargner dès 50 ans : assurez votre prévoyance avec des rachats dans la caisse de pension

Les versements dans la caisse de pension conviennent très bien à la prévoyance vieillesse dès 50 ans. Les plans de prévoyance modernes des caisses de pension créent les conditions requises.

Plusieurs possibilités se présentent lorsqu’il s’agit d’organiser sa prévoyance vieillesse. A partir de 50 ans, les rachats dans la caisse de pension sont très attrayants pour les personnes actives, puisque les montants versés sont déductibles du revenu imposable. Plus le revenu imposable est élevé et l’avoir de la caisse de pension perçu rapidement, plus les rachats seront rentables. Plus l’argent reste longtemps dans la caisse de pension, plus l’avantage fiscal perçu lors du versement s’effrite.

Pour la prévoyance vieillesse après 50 ans, les plans d’épargne des banques sont aussi intéressants. Les épargnants choisissent si leurs versements passent sur un compte rémunéré ou sont investis dans des titres. A eux également de choisir la stratégie d’investissement. Par contre, pour les avoirs dans le deuxième pilier, la loi a défini des directives de placement. Ainsi, un maximum de 50 % des avoirs peut être investi dans des actions.

Epargner à partir de 50 ans : caisse de pension vs. plan d'éparne bancaire
Exemple : épargne annuelle de 20'000 francs de 50 à 62 ans, retrait du capital à 65 ans
Epargner à partir de 50 ans : caisse de pension vs. plan d'éparne bancaire

Le calcul présenté dans le tableau compare les deux solutions selon l’hypothèse que la stratégie d’investissement est la même. Supposons qu’un cinquantenaire souhaite mettre 20'000 francs de plus de côté par année pour ses vieux jours. S’il verse chaque année ce montant dans la caisse de pension, il économise annuellement 7000 francs d’impôts sur le revenu. En outre, l’avoir n’est pas imposé comme fortune et les revenus des intérêts ne sont pas considérés comme un revenu imposable. Comme le cinquantenaire souhaite percevoir tout ou partie de son avoir de la caisse de pension au moment du départ à la retraite, le rachat doit avoir lieu au moins trois ans auparavant. Sans quoi, les impôts épargnés par le rachat doivent être remboursés

Les rachats dans la CP sont liés, mais rapportent davantage

En tenant compte de toutes les économies fiscales au niveau des rachats et des impôts à payer au moment du versement de l’avoir de la caisse de pension, le cinquantenaire peut disposer à sa retraite, à 65 ans, d’un capital d’environ 386'500 francs (voir tableau). Cela représente près de 100'000 francs de plus que s’il avait versé annuellement son épargne sur un plan d’épargne bancaire, bien que la rémunération ait été de 2 % par année, comme dans la variante de la caisse de pension. En comparant ces deux variantes, il faut tenir compte du fait que l’argent versé dans la caisse de pension est lié, alors que la solution auprès de la banque permet en tout temps un accès au capital.

Veuillez noter que les versements volontaires dans la caisse de pension sont possibles uniquement si un potentiel de rachat du montant correspondant existe. Un plan de prévoyance optimal à l’intention des cadres, du propriétaire d’une entreprise et de son personnel dirigeant réunit les conditions requises pour que le potentiel de rachat soit aussi élevé que possible.

Partager cette page